Rechercher
  • Sébastien Carassou

Comment vulgariser en vidéo

Dernière mise à jour : 5 févr.

De la recherche d'informations au mixage, en passant par l'écriture du script, le tournage, le montage et l'étalonnage, réaliser une bonne vidéo de science est un processus qui requiert beaucoup de travail, de patience et de rigueur. Mais c'est aussi un art, où l'on est libre d'exprimer sa créativité... et de s'amuser ! Dans cet article, vous trouverez de nombreuses ressources et conseils de vidéastes professionnels qui devraient vous permettre de créer votre première vidéo de sciences dans les meilleures conditions possibles.


Le script


Le fond :

Lorsque vous écrivez votre vidéo, vous devrez toujours avoir ces 5 questions en tête :

  • À quel public je m'adresse ?

  • Quel message voudrais-je faire passer ?

  • Est-ce que les informations que je diffuse sont fiables ?

  • Comment pourrais-je accrocher mon public ?

  • Comment maintenir mon public attentif tout au long de ma vidéo ?


La forme :

Dans la vidéo ci-dessous, vous trouverez pas mal de conseils qui vous aideront à optimiser la forme de votre script pour vous faciliter la tache lors du tournage.



En résumé :

- Découpez votre texte en différentes séquences filmées pour rythmer la vidéo. Chaque séquence doit correspondre à une valeur de plan (cf ci-dessous).

- Incluez vos illustrations dans le script (n'oubliez pas les crédits !) pour avoir une vue d'ensemble du résultat final.

- Incluez des didascalies dans votre texte pour aider à la mise en scène lors du tournage.


Le tournage


Bien régler son micro


Quand on fait de la vidéo, on a tendance à vouloir se focaliser sur l'image, et la rendre la plus belle possible. C'est louable, mais il ne faut pas pour autant négliger l'élément le plus important d'une vidéo : le son. Si votre caméra produit des images de mauvaise qualité mais que vous avez un très bon son, vos spectateur.ices pourront s'en accommoder. Mais une vidéo avec une belle image et un très mauvais son sera si désagréable à écouter que vous allez vite perdre votre audience !


Évitez donc autant que possible d'utiliser le micro intégré à votre caméra pour enregistrer votre son. Il n'est pas fait pour cela, et captera aussi bien les bruits de votre lieu de tournage que vos paroles. Si vous en avez les moyens, vous pouvez investir dans un micro directionnel ou bien dans un micro cravate relié à un enregistreur portable (ou plus simplement à votre smartphone).


La règle la plus importante est de ne jamais saturer votre micro pendant votre tournage. Un son saturé ne peut pas être corrigé lors du mixage. Il va vous falloir faire plusieurs tests afin de régler la sensibilité de votre micro ainsi que sa distance à votre bouche.


Si vous possédez un micro cravate, ne le placez pas à un endroit de votre buste qui pourrait l'exposer à des frottements par vos vêtements : le micro entend tout, et surtout ce qui est très proche de lui !


Si vous tournez en extérieur, veillez à ce que votre micro soit équipé d'une bonnette, voire même une fourrure brise-vent qu'on appelle un Dead Cat (parce qu'il ressemble à un chat mort, oui), conçu spécifiquement pour limiter l'impact du vent sur la qualité de l'enregistrement.


Un "Dead Cat" (Crédit image : Heyyouoverthere - Wikipédia)


Bien éclairer son tournage


Si vous tournez en intérieur, une technique qui a fait ses preuves dans le monde de l'audiovisuel est celle de l'éclairage à "3 points". Elle consiste en 3 projecteurs placés en triangle (gauche, droite, derrière) autour de vous ou de votre sujet : une key light (c'est la lumière principale qui éclaire le sujet), une fill light (une lumière plus diffuse qui atténue l'ombre créée par la key light), et une back light (elle permet de détacher le personnage du décor derrière lui).


Crédit image : © Marie - Impulsions Photo


Si vous tournez en extérieur, essayez de privilégier (si possible) un endroit bien illuminé.


Bien placer sa caméra


Les différentes valeurs de plan

Crédit image : © Grégory Fizaine - Louvain Learning Lab Blog


La règle des tiers


Une règle de composition d'image indispensable en photographie, au cinéma et dans la vidéo sur Internet !




Bien régler sa caméra


L'une des caractéristiques les plus importantes de votre image est son exposition. L'exposition, c'est la quantité de lumière que le capteur de votre caméra va recevoir. S'il n'en reçoit pas assez, votre image sera trop sombre. On dit qu'elle est sous-exposée. S'il en reçoit trop, votre image sera trop claire : elle est sur-exposée. Une image sous-exposée ou sur-exposée est irrattrapable au montage. Vous devrez donc régler votre caméra pendant votre tournage pour produire une image qui soit suffisamment exposée... mais pas trop !


Crédit image : © Zeinberg


Le triangle d'exposition


Pour régler l'exposition d'une image, on peut jouer sur 3 paramètres, qui sont réglables sur à peu près toutes les caméras :

  • l'ouverture du diaphragme (aperture en anglais). C'est simple : plus le diaphragme est ouvert, plus votre capteur reçoit de la lumière. Ce qui est moins intuitif, c'est son système de notation, qui prend la forme "f/x" (x étant un nombre entier ou décimal) sur votre écran de retour. Retenez juste que : plus x est petit, plus l'ouverture est grande. Par exemple, un diaphragme ouvert à f/2.8 laisse passer plus de lumière qu'à f/8.

  • la vitesse d'obturation (shutter speed en anglais) correspond à la durée pendant laquelle l'obturateur de l'appareil reste ouvert pour laisser passer la lumière. La vitesse d'obturation impacte le flou de mouvement (motion blur) sur votre image. En vidéo, la règle veut que la valeur de la vitesse d’obturation doit être égale au double du nombre d’images par seconde. Par exemple, si vous filmez à 25 images par seconde, vous allez régler votre vitesse d’obturation sur 1/50 s (2x25). Si vous ne réglez pas la vitesse d'obturation à 1/50, votre image risque d'avoir des problèmes de "papillotement" (flickering) lorsque vous filmez dans une pièce avec des néons ou des écrans d'ordinateur.

  • les ISO sont liés à la sensibilité de votre capteur à la lumière. Plus leur valeur est élevée, plus votre capteur sera sensible. Attention, les ISO ne sont à augmenter qu'en dernier recours, car s'ils sont trop élevés, ils ont tendance à ajouter du bruit sur l'image, sous forme de grain photo.

Pris ensemble, ces 3 paramètres forment ce qu'on appelle le triangle d'exposition. Pour gérer l'exposition de votre image de façon optimale avec un minimum de bruit, réglez d'abord l'ouverture, puis la vitesse d'obturation, puis l'ISO (si besoin).

Le triangle d'exposition. Crédit image : © Gabriel Gorgi


La mise au point


Il serait dommage d'apparaître flou.e sur votre propre vidéo ! Malheureusement, bien gérer à distance la mise au point de votre caméra n'est pas chose facile si vous êtes tout.e seul.e. L'idéal est de vous faire aider par quelqu'un qui a accès à l'écran de retour de votre caméra. Si vous n'avez personne pour vous aider, vous pouvez toujours placer un objet à l'endroit où vous allez réciter votre script, et faire la mise au point vous-même sur cet objet. En règle générale, l'autofocus de la caméra est à éviter, car la mise au point constante peut perturber l'attention de vos spectateur.ices. Mais si vous n'avez pas le choix, c'est toujours mieux qu'une vidéo floue !


À noter que certaines caméras sont dotées d'un outil appelé focus peaking, qui analyse votre image en direct pour détecter les bords les plus contrastés. Lorsque vous activez le focus peaking, toutes les zones qui scintillent sur votre écran de retour sont bien nettes. Pratique !


Crédit image : Kārlis Dambrāns


Dois-je lire mon script ou le réciter par cœur ?


À vous de voir ! Réciter un texte devant une caméra est un exercice plus difficile qu'il n'y paraît. Préparez-vous à bafouiller de nombreuses fois avant d'avoir LA bonne prise ! L'avantage avec cette option, c'est qu'une fois que vous maîtriserez bien votre texte, vous paraîtrez très naturel.le devant la caméra.


Mais vous avez aussi une autre option : utiliser un téléprompteur. Il s'agit simplement d'une vitre placée à 45° devant l'objectif de votre caméra sur laquelle vous pouvez projeter du texte défilant à l'aide de votre smartphone ou de votre tablette (via une application gratuite). Vous n'aurez qu'à lire votre texte, et si vous êtes suffisamment loin du téléprompteur, votre audience ne verra même pas les mouvements de vos yeux qui lisent. Si vous maîtrisez bien cet outil, l'illusion peut être parfaite.


Un téléprompteur. Crédit image : Luca Grasso - Wikipédia


Malheureusement, la plupart des téléprompteurs utilisés dans le monde de l'audiovisuel sont extrêmement chers (plusieurs centaines d'euros). Par contre, si vous avez l'âme d'un.e bricoleur.e, vous trouverez sur le net des tutoriels pour créer votre propre téléprompteur avec moins de 5 € de matériel !


Le montage


Les logiciels de montage vidéo


Il existe de nombreux logiciels de montage gratuits que l'on peut trouver sur le net. En voici une petite sélection (non exhaustive) que vous pouvez tester :

  • Openshot (open source*, disponible sur Windows, Mac OS et Linux)

  • DaVinci Resolve (disponible sur Windows, Mac OS et Linux)

  • Kdenlive (open source, disponible sur Windows, Mac OS et Linux)

Il existe sur Youtube de nombreux tutoriels qui vous aideront à créer des effets particulier (transitions dynamiques, affichage de texte ou d'images animées, etc). N'hésitez pas à en regarder quelques uns par curiosité, cela pourrait vous donner des idées !


* Un logiciel Open Source est un code conçu pour être accessible au public : n'importe qui peut voir, modifier et distribuer le code à sa convenance. Pour en savoir plus.


Où trouver des images d'illustration ?

  • Flaticon : un catalogue d'images vectorielles et d’icônes gratuites

  • Pexels / Pixabay : des banques de photos et d'illustrations libres de droit*

  • Google Image : moteur de recherche d'images. Note : Privilégiez les images en Creative Commons. On peut les filtrer via Outils -> Droits d'usage -> Licence Creative Commons.

* « libre de droits » est une traduction de l’anglais « royalty-free ». À ne pas confondre avec la licence libre "Creative Commons". Pour en savoir plus.


Où trouver des vidéos d'illustration ?

  • Videvo : des vidéos stock gratuites

  • Youtube: En tapant "free stock videos" ou "free stock footages" dans la barre de recherche. Privilégiez les vidéos en Creative Commons (Filters -> Features -> Creative Commons). Une fois que vous avez trouvé les vidéos dont vous avez besoin, vous pouvez les télécharger en utilisant un site tiers, comme Y2mate par exemple.

Où trouver des musiques et des bruitages ?

Quelques ressources pour aller plus loin :


166 vues0 commentaire